Point-Zero-Canopus.Org

Archives sur le CEP et les Essais Nucléaires en Polynésie Française

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Agrandir le texte
  • Taille par défaut
  • Rapetisser le texte
Chronologie de l'existence du C.E.P. - Centre d'Expérimentations Nucléaires du Pacifique en Polynésie Française
Note des utilisateurs: / 9
MauvaisTrès bien 


30 novembre 1956 : Le CEA est chargé des études préparatoires aux explosions atomiques.

5 décembre 1956 : Décret secret créant au CEA un Comité des Applications Militaires de l'Energie Atomique.

15 mai 1957 : Décision de la construction de l'aéroport de Faa'a.

18 avril 1958 : Recherche d'une alternative au Sahara et proposition par Ailleret "d'une ile de de l'Union Française suivant les résultats d'une étude déjà faite."

4 septembre 1958 : Une lettre d'Ailleret indique que le gouvernement a décidé de rechercher un site souterrain en métropole.

11 octobre 1958 : Arrestation et exil de Pouvanaa, député de Polynésie Française.

Fin novembre 1958 :
Rapport sur les sites souterrains en métropole.

28 mai 1960 : Reprise de l'étude des tirs de grande puissance dans les iles lointaines.

5 mai 1961 : L'aéroport de Faa'a peut accueillir les avions gros porteurs.

18 mai 1961 : Le choix se limite à 3 possibilités : Polynésie (le moins de contestations), Réunion (le moins cher), Nouvelle-Calédonie (solution de remplacement car trop proches de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande).

Septembre 1961 : Le Ministre des Armées préférerait les Marquises car "exentrées et non-loin de Christmas".

Décembre 1961 : Le choix de la Polynésie se précise.

26 décembre 1961 : Le général Thiry suggère d'étudier "les possibilités de l'atoll de Mururoa".

Début 1962 : Urgence de trouver un site utilisable dès 1964. Le gouvernement oriente le choix vers le Pacifique Sud.

Mars 1962 : Mission secrete de Thiry en Polynésie. Conclusion : "Choisir les iles Gambier" (dont Mururoa).

21 avril 1962 : Conférence à Papeete du professeur Jamet indiquant l'innocuité des essais américains à Christmas pour les populations polynésiennes.

16 mai au 19 juin 1962 : Nouvelle mission de Thiry. Conclusions : Mururoa est un champs de tir acceptable. Les Gambier ne seront pas la base-arrière.

27 juillet 1962 : Le Conseil de défense décide la création d'un site d'expérimentations nucléaires en Polynésie.

21 septembre 1962 : Création du Centre d'Expérimentations du Pacifique.

3 janvier 1963 : De Gaulla annonce l'implantation du CEP à une délégation d'élus polynésiens.

Mai 1963 : Débarquement du premier détachement du Génie à Mururoa.

Juillet 1963 : Création de la Commission interministérielle des opérations d'infrastructure en Polynésie.

19 juillet 1963 : Le paquebot Tahitien débarque les premiers légionnaires à Tahiti.

7 au 13 septembre 1963 : Louis Jacquinot, ministre d'Etat chargé des Dom-Tom embarque à bord de l'aviso-escorteur Commandant Rivière pour entreprendre une visite des Marquises et des Tuamotu.

9 septembre 1963 : L'Orohena débarque à Mururoa le premier contingent de travailleurs polynésiens en provenance de l'atoll de Anaa.

1er octobre 1963 : Arrivée en Polynésie des deux dragueurs côtiers La Paimpolaise et La Lorientaise.

6 novembre 1963 : Dissolution de RDPT (Rassemblement des Populations Tahitiennes : Parti indépendentiste de Pouvana A Oopa.

30 novembre 1963 : Arrivée du transporteur Chéliff à Mururoa.

5 décembre 1963 : Arrivée à Tahiti du LST Foudre débarquant les premiers matériels et engins de terrassement.

Janvier 1964 : Visite à Mururoa de Gaston Palewski, ministre d'Etat chargé de la Recherche scientifique et des questions atomiques et spatiales.

Janvier 1964 : Visite à Tahiti et aux Tuamotu de Pierre Messmer, ministre des Armées et de l'amiral Cabanier, chef d'état-major de la Marine.

30 janvier 1964 : Création de la direction des centres d'expérimentations nucléaires, organisme mixte Armées-CEA.

6 février 1964 : Cession par le territoire de Polynésie française à l'État des atolls de Mururoa et Fangataufa.

Juillet 1964 : Ouverture de la piste de Mururoa.

Juillet 1964 : Visite à Mururoa du Premier ministre Georges Pompidou.

8 août 1964 : Mururoa et Fangataufa sont affectés au ministère des Armées et deviennent des terrains militaires.

Février 1965 : Arrivée sur la base de Hao des chasseurs-bombardiers Vautour de "pénétration pilotée".

13 mars 1965 : Arrivée du premier bâtiment-base Maine.

26 mars 1965 : Visite d'inspection des sites du CEP par Pierre Messmer, ministre des Armées accompagné de l'amiral Cabanier, chef d'état-major de la Marine.

9 avril 1965 : Arrivée à Tahiti des pétroliers océaniques Charente et Verdon.

11 avril 1965 : Arrivée de l'aviso-escorteur Protet.

30 avril 1965 : Le général De Gaulle décide la fermeture du consulat des Etats-Unis ouvert quelques mois plus tôt.

Mai 1965 : Arrivée à Mururoa du pétrolier Lac Chambon et des transports-citernes Hanap et Liamone.

5 juin 1965 : Arrivée du deuxième bâtiment-base Médoc.

Juin 1965 : Première visite à Hao et Mururoa d'une dizaine de journalistes français.

21 juin 1965 : Sortie du premier numéro de la lettre bimensuelle d'informations du CEP "Horizons".

Juillet 1965 : Escale à Hao et Mururoa du TCD Ouragan.

Août 1965 : Visite d'Yvon Bourges secrétaire d'État à la Recherche scientifique et spatiale.

14 août 1965 : Visite de Mururoa pour une centaine de fonctionnaires territoriaux, instituteurs, élèves et syndicalistes polynésiens.

20 août 1965 : Création du Groupe Aéronaval du Pacifique.

26 août 1965 : Arrivée à Papeete du BDC Dives.

Septembre 1965 : Une explosion lors d'un forage à Hao fait trois morts, des employés de la société Dumez-Citra.

3 septembre 1965 : Le Catalina F-YCHA-20 heurte un récif lors du décollage et coule.

4 septembre 1965 : Le Catalina F-YCHB-39 venu en renfort rompt ses amarres, heurte un récif et coule.

21 octobre 1965 : Ouverture à la navigation de la passe artificielle de Fangataufa.

8 janvier 1966 : Installation du PC militaire de l'aérodrome de Faa'a.

22 janvier 1966 : Installation au Taaone de l'état-major du Centre d'Expérimentations du Pacifique.

23 janvier 1966 : Arrivée à Tahiti du bâtiment radiologique Rance.

17 au 24 février 1966 : Visite au CEP de Pierre Messmer, ministre des Armées et de l'amiral Cabanier, chef d'état-major de la Marine.

25 février 1966 : Visite du général Billotte, ministre des Dom-Tom.

4 et 22 mars 1966 : Arrivée des deux premiers hydravions Catalina PBY-5.

4 mai 1966 : Arrivée du croiseur De Grasse.

13 mai 1966 : Arrivée de l'amiral Lorain et des membres de l'état-major qui vont constituer le Groupement Opérationnel des Expérimentations Nucléaires.

15 mai 1966 : Création du GOEN.

1966 : Deuxième visite de presse lors de la venue d'Alain Peyrefitte.

7 juin 1966 : Un Etendard IV de la flottille 15 F à bord du Foch se perd en mer. Le pilote est porté disparu.

29 juin 1966 : Inauguration des installations portuaires de Papeete par le ministre des Dom-Tom et Jacques Foccart, conseiller du président de la
République pour les Affaires africaines et malgaches.

2 juillet 1966 : Pierre Messmer, le général Billote et l'amiral Cabanier assistent au premier tir atomique français dans le Pacifique.

19 juillet 1966 : Première explosion d'une bombe atomique larguée par un bombardier Mirage-IV des Forces Aériennes Stratégiques.

10 août 1966 : Crash du Piper-Aztec assurant les liaisons entre Mururoa et Fangataufa. Bilan de 6 morts.

11 septembre 1966 : Le général De Gaulle à bord du De Grasse procède au déclenchement de l'essai Bételgeuse, première explosion atomique sous ballon.

24 août 1968 : Première explosion thermonucléaire, tir Canopus, d'une énergie de 2,6 mégatonnes. Le ministre délégué à la Recherche scientifique Robert Galley est à bord du De Grasse.

1969 : Aucune expérimentation n'a eu lieu. La campagne fut annulée pour des raisons politiques et budgétaires.

2 avril 1970 : Un Vautour 2N de l'escadron Loire se pose sur le ventre à Hao, sans trop de dégâts.

3 juillet 1970 : Michel Debré, ministre de la Défense, assiste au tir thermonucléaire Licorne.

12 juin 1971 : Une délégation de quatre journalistes français assiste pour la première fois à une explosion atomique (essai Encelade)

3 septembre 1971 : Arrivée de Pierre Messmer, ministre des Dom-Tom.

30 juin 1972 : Un quadriréacteur C-135 F des Forces Aériennes Stratégiques s'écrase peu de temps après son décollage de Hao : six militaires trouvent la mort.

Juillet 1973 : Visite d'Aymar Achile Fould, secrétaire d'État aux Armées. Il se fait présenter la bombe AN¬52 qui sera larguée le 28 août par un avion Mirage-III.

Juin 1973 : Le "bataillon de la paix" mené par Jean¬Jacques Servan Schreiber avec le général de la Bollardière, Brice Lalonde, Jean-Marie Muller et l'abbé Jean Toulat proteste à Tahiti contre les essais nucléaires.

17 juillet 1973 : Arraisonnement du navire contestataire « Fri » dans les eaux territoriales françaises au large de Mururoa.

28 août 1973 : Visite à Mururoa de Robert Galley, ministre des Armées.

Novembre 1973 : Visite de Fangataufa pour la presse nationale.

14 septembre 1974 : Ultime explosion atmosphérique d'une énergie mégatonnique.

Avril 1975 : Visite à Mururoa et Fangataufa du volcanologue Haroun Tazieff avant le premier tir souterrain.

5 Juin 1975 : Premier essai souterrain exécuté sous couronne à Fangataufa.

Juin 1978 : Voyage de presse.

5 juillet 1979 : L'explosion de la cuve "Meknès" en zone Denise destinée à des tirs "froids", fait deux morts et deux blessés graves.

21 juillet 1979 : Visite à Mururoa du président de la République Valéry Giscard d'Estaing.

25 juillet 1979 : L'expérimentation Tydée, dont le conteneur est resté coincé dans son puits depuis quelques jours, provoque lors du tir, l'effondrement d'une partie du récif extérieur lequel engendre un raz-de-marée qui fait plusieurs blessés.

23 mars 1980 : Le ministre de la Défense Yvon Bourges assiste au tir Thésée.

1er août 1980 : Un arrêté de la République française classe Mururoa et Fangataufa "Zones Protégées de Défense".

10 avril 1981 : Premier essai exécuté sous lagon à Mururoa.

29 mai 1981 : Le nouveau président de la République, François Mitterrand, annonce la suspension des essais nucléaires.

3 août 1981 : Charles Hernu, ministre de la Défense, assiste à un essai sous couronne (tir Agénor inférieur à 150 kt).

19 au 27 février 1982 : Une délégation de six députés de la commission de la défense nationale se rend à Mururoa et Hao.

Février 1982 : Arraisonnement à Mururoa du voilier australien Pacific Peacemaker par le remorqueur Tapataï.

15 au 22 juillet 1982 : Visite à Mururoa de Georges Lemoine, secrétaire d'Etat aux Dom-Tom.

31 octobre 1982 : Le ketch canadien Vega Greenpeace III est arraisonné dans les eaux territoriales françaises à Mururoa.

28 janvier 1983 : Le cyclone Nano dévaste plusieurs atolls des Tuamotu dont la base de Hao et le village d’Otepa qui sont rasés par les raz de marée cycloniques; miraculeusement aucune victime ne fut à déplorer.

23 mai 1983 : Régis Debray, conseiller du président de la République, se rend discrètement à Mururoa et assiste, le lendemain, au tir sous lagon Cinyras («150 kt).

Juin 1983 : Visite à Mururoa des ambassadeurs de France en poste auprès des Nations unies, à Washington, à Tokyo, à Wellington, à Port-Moresby, à Port-Villa et à Suva.

Juillet 1983 : Cinq sénateurs de la Commission des Affaires étrangères et des forces armées se rendent à Mururoa.

4 août 1983 : François Autin, secrétaire d'Etat à la Défense assiste au tir Carnabon («150 kt).

Septembre 1983 : Près d'un an après son arraisonnement, le Vega Greenpeace III est embarqué sur le cargo Bounty III à destination de la Nouvelle-Zélande.

14 juin 1984 : Jean Gatel, secrétaire d'Etat à la Défense assiste au tir Echemos («150 kt).

27 juillet au 2 août 1984 : Visite discrète au CEP et à Moruroa de Guy Penne, conseiller aux Affaires africaines et malgaches du président de la République.

24 septembre 1984 : Visite de presse à Mururoa pour une vingtaine de journalistes dont deux journalistes étrangers invités pour la première fois à découvrir le polygone d'essais nucléaires français : Christina Forsne du Tidningardnas Telegrambyra (Suède) et AI Prince (américain) pour Pacific Island Monthly.

18 octobre 1984 : Visite à Mururoa d'une délégation de sept pasteurs de l'Église évangélique de Polynésie française conduite par son président, le pasteur Marurai.

2 novembre 1984 : Charles Hernu, ministre de la Défense assiste à Mururoa au tir sous lagon Acaste («150 kt).

15 décembre 1984 : Installation de la première cabine téléphonique publique à Mururoa.

Avril 1985 : Visite à Mururoa de l'écrivain Paul Guimard, ami de François Mitterrand et auteur de la préface du livre de l'écolo-pacifiste David McTaggart "La Croisière Nucléaire".

14 avril 1985 : Un bimoteur de tourisme Beechcraft s'écrase à l'atterrissage sur la piste de Hao faisant cinq morts.

30 avril 1985 : Le général Jeannou Lacaze, chef d'état-major des Armées, assiste au tir Cercyon (20 kt).

8 mai 1985 : Edwige Avice, secrétaire d'Etat à la Défense assiste au tir Nisos (50 kt).

6 Août 1985 : Création du traité de Rarotonga.

13 septembre 1985 : Le président François Mitterrand se rend en Concorde à Mururoa pour présider la première réunion du Comité de coordination du Pacifique Sud. Sont présents les ministres Charles Hernu, Pierre Joxe et Roland Dumas.

Septembre-octobre 1985 : Opération navale et médiatique "Mahi-Mahi" contre la flottille de Greenpeace.

23 octobre 1985 : Le Premier ministre Laurent Fabius, le ministre de la Défense Paul Quilès et le secrétaire d'Etat chargé de la prévention des risques naturels et technologiques Haroun Tazieff se rendent, en Concorde, à Mururoa. Ils assisteront le lendemain au tir Héro (5 kt) avec une délégation de parlementaires et de journalistes.

30 novembre 1985 : Une délégation de parlementaires européens (dont un député du groupe écolo-pacifiste) visitent le site de tirs.

4 décembre 1985 : Vingt-quatre maires de Polynésie se rendent à Mururoa à l'invitation du ministère de la Défense.

3 juillet 1986 : Arrivée à Hao du commandant Alain Mafart et du capitaine Dominique Prieur (officiers de la DGSE impliqués dans le sabotage du Rainbow Warrior), "affectés" pour trois ans sur l'atoll au terme d'un accord entre la France et la Nouvelle¬Zélande.

21 août 1986 : Visite éclair à Mururoa du député Jacques Toubon, secrétaire général du Rassemblement pour la République.

30 août 1986 : Jacques Chirac, Premier ministre en voyage officiel dans les trois territoires français du Pacifique, rencontre les deux officiers de la DGSE à Hao.

Octobre 1986 : Alain Peyrefitte rend visite au Cdt Alain Mafart et au Cne Dominique Prieur sur la BA 185 de Hao.

30 janvier 1987 : Un commandement de la Marine (COMAR-Mururoa) est créé autour des sites ayant autorité sur une sous-zone maritime n° 73.

25 juin 1987 : Le commandant Jacques-Yves Cousteau effectue une mission. La soucoupe plongeante de la Calypso effectue une reconnaissance du platier externe par 230 mètres de fond.

15 juilet 1987 : Tupou IV, roi des Tonga se rend en visite officielle à Mururoa.

28 août 1987 : Le Premier ministre des Cook, M. Pupuke Robati visite Moruroa.

Décembre 1987 : Le commandant Alain Mafart, commandant en second la BIA de Hao est rapatrié sanitaire à Paris et hospitalisé au Val de Grâce.

5 mai 1988 : Dominique Prieur, enceinte, rentre en Métropole, conformément aux termes de l'accord secret franco-néo-zélandais.

26 août 1989 : Visite à Mururoa du Premier ministre Michel Rocard accompagné d'Edwige Avice, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de Louis Le Pensec, ministre des Dom-Tom.

Octobre 1989 : Des journalistes de la télévision australienne SBS réalisent une émission sur Mururoa.

Avril 1990 : Visite sur les sites d'une trentaine de membres de l'Association des médecins français pour la prévention de la guerre nucléaire.

8 avril 1992 : François Mitterrand annonce la suspension des essais nucléaires pour 1 an.

Juin 1992 : Visite à Mururoa de l'amiral Jacques Lanxade, chef d'état-major des Armées.

14 juillet 1993 : François Mitterrand confirme la suspension des essais.

23 novembre 1993 : Un médecin-aspirant, appelé du service de santé, se tue en tombant d'un hélicoptère Super-Puma au-dessus de Mururoa.

27 avril 1994 : Création du Service Mixte de Surveillance Radiologique et Biologique de l'Homme et de l'Environnement.

13 juin 1995 : Le président de la République, Jacques Chirac, annonce la reprise des expérimentations nucléaires : 7 à 8 essais sont prévus.

9 juillet 1995 : Arraisonnement du Rainbow-Warrior 2 devant les passes de Mururoa lors de l'opération "Nautile 95-1" contre la flottille de Greenpeace.

16 juillet 1995 : Visite des membres du gouvernement territorial conduits par le président du territoire Gaston Flosse.

24 juillet 1995 : Visite de journalistes français et Etrangers.

Juillet 1995 : Visite de députés de la commission de la Défense conduite par Jacques Beaumel.

8 août 1995 : Visite de journalistes étrangers.

16 août 1995 : Visite de Gaston Flosse président du territoire, avec une délégation de maires polynésiens.

28 août 1995 : Jean-Jacques de Peretti, ministre de l'Outre-Mer, effectue une plongée en scaphandre autonome à Mururoa à l'aplomb d'un puits, par 38 mètres de fond.

1er septembre 1995 : Arraisonnement du Rainbow Warrior 2 et du MV Greenpeace lors de l'opération "Nautile 95-2".

20 octobre 1995 : La France annonce son intention de signer avant l'été 1996, les trois protocoles annexés au traité de dénucléarisation du Pacifique sud.

27 janvier 1996 : La France effectue à Fangataufa son 198e et ultime essai nucléaire.

29 janvier 1996 : Le Président de la République Jacques Chirac annonce l'arrêt définitif des essais nucléaires.

25 mars 1996 : Gaston Flosse, président de la Polynésie française signe au nom de la France, le traité de Rarotonga instaurant une zone exempte d'armes nucléaires dans le Pacifique sud.

15 mai 1996 : Le remorqueur ravitailleur Rari éperonne accidentellement le pousseur 25 dans le lagon de Mururoa faisant un mort.

1er au 26 juillet 1996 : Visite sur les sites d'experts de l'Agence Internationale d'Energie Atomique.

3 septembre 1996 : La France rejoint le Forum du Pacifique Sud dont elle avait été écartée à la reprise des essais.

14 octobre 1996 : Visite de la BIA de Mururoa pour la presse polynésienne.

22 et 23 octobre 1996 : Mission de quatre députés français de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques.

11 au 13 décembre 1996 : Dernière visite à Mururoa, Fangataufa et Hao de journalistes de la presse nationale.

Juin 1997 : Visite des membres de la commission sénatoriale

11 septembre 1997 : Prise de commandement du colonel Michel, dernier commandant de la BIA de Mururoa.

16 avril 1997 : Dissolution de la sous-zone maritime 73.

17 juillet 1997 : La gendarmerie nationale quitte Mururoa.

Février 1998 : Le Nouvel Observateur publie un article sur les essais nucléaires français démentant la version officielle et basé sur des documents déclassifiés par erreur.

2 février 1998 : Arrivée de la barge-hôtel Bibby Progress chargée à bord du Shakeku. Elle est destiné à loger le personnel employé au démantèlement.

6 avril 1998 : Ratification par la France du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires.

30 juin 1998 : Cession au gouvernement territorial du centre hospitalier des Armées jean-Prince.

8 juillet 1998 : Fermeture officielle des sites de Mururoa et Fangataufa.

1er août 1998 : Dissolution de la DirCEN.

7 septembre 1998 : Création du Département suivi des centres d'expérimentations nucléaires.

12 janvier 1999 : Visite de journalistes à Mururoa

21 au 22 mars 2000 :
Visite du Dr Wolgang Hoffmann secrétaire exécutif de l'Organisation du traité d'interdiction complète des essais nucléaires.

5 au 9 juin 2000 : Voyage organisé par la DICoD et le CEA pour une trentaine de journalistes de la presse internationale, nationale et régionale.

30 juin 2000 : Dissolution du 5e Régiment Etranger et de la BIA de Hao.

1er juillet 2000 : La base de Hao devient le 36e aérodrome civil territorial.

1er août 2000 : Création du service interarmées de transit aérien qui succède au bureau transport de la BA 190.

Août 2000 : 135 hommes du 4e escadron et du peloton de protection et d'intervention du 1er Régiment de Spahis stationné à Valence, relèvent pour quatre mois durant la compagnie tournante du RimaP à Mururoa.

1er septembre 2000 : Dissolution de l'escadrille 12 S et création de la flottille 25 F.

3 au 8 septembre 2000 : Visite d'une délégation de cinq députés et sénateurs de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques.

27 et 28 janvier 2001 : Visite dans le cadre du trinôme éducation-défense-IHEDN, d'une vingtaine de professeurs de l'enseignement polynésien.

16 février 2001 : Visite du père Holozet et du pasteur de Bernard en compagnie des deux anciens tavana de Mururoa (chefs de la communauté polynésienne)Tavaearii Herene et Tapi Tua Teariki.

19 au 22 mars 2001 : Visite de M. Hoffmann, secrétaire exécutif de la commission préparatoire de l'Organisation du traité d'interdiction complète des essais nucléaires.

9 juin 2001 : Création à Lyon de l'Association des vétérans des essais nucléaires français.

Fin 2005 : L'Armée reconnait que des tirs n'ont pas été conformes aux prévisions et en particulier les premiers d'entre eux, y compris celui en présence du Général De Gaulle. Plus personne ne peut donc nier maintenant qu'il n'y a pas eu d'accident. A noter que cette période correspond aux documents obtenus par Vincent Jauvert du Nouvel Observateur et que l'on peut se poser des questions sur la suite des expérimentations pour laquelle on ne possède aucune information.

29 juillet 2006 : Florent de Vathaire, chercheur à l'unité 605 de l'Inserm, indique qu'il est maintenant acquis "que les essais nucléaires amosphérique realisés par la France ont contribué à augmenter l'incidence du cancer de la thyroïde en Polynésie Française".

26 novembre 2008 : Le ministre de la Défense, Hervé Morin, annonce la présentation d'un projet de loi en janvier 2009 visant à l'indemnisation des victimes des essais nucléaires. Son ministère ne fera plus appel des décisions de justice qui lui sont défavorables.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici :